Un homme de consistance






La recherche est longue
Longue
Le terrain peu balisé
Balisé
On est debout là depuis longtemps
Mais sans les codes
Parler deux langues de vipère, peut-être
Ou se tourner le dos
Ce qui s'attend, en vain, en vain
C'est quelqu'un qui ait sa consistance
Qui soit la matière première de ses faits
Des hauts faits mais sans emphase
Des faits, ce qu'on offrira de sa bienséance

Son ombre portée est une question
Lancinante
Lancinante
Reposée sans espoir mais avec assiduité
Aux actes incompréhensibles, de ma part j'entends
Le manque à sa parole
Le flou et l' échappée
Quand rien n'étrangle ou ne pose l'ombre portée de son besoin
Pourquoi donc ?

Les hommes, on n'en sait peu
Rien, autant dire
Mais la répétition sans  reprendre souffle
Des expériences idylliques
Menées toutes de front et dans une vigilance de moniale
La délicatesse ?
Au mieux c'est à dire au mieux
Comment jouer ce jeu sans ses règles
Sans cultiver ses règles et leur rythme incroyable
Comment se mettre d'accord sur là vers où frayer

La marche, dont il s'agit
Marcher
L'un et l'autre, l'un sans l'autre mais ensemble ?
Ne pas l’abîmer
Ne pas le déchirer
Ne pas le toucher tout en l'embrassant sans retenue
Ne pas le pousser
Ne pas l'éliminer de la surface des glissements probables
Ne pas plonger sa tête sous les eaux mornes de la chosification
Ne pas le craindre
Trouver enfin
Un homme
Un homme
Un homme
Un homme de consistance


Avril 2012