Tout dire




Plus envie d'expliquer
Dans l'ombre
 Assise en croix,  contristée par la hauteur du mur
Le silence est roi
Déchu
Bien qu'ayant attribué avec une abrupte gentillesse
Entre autres ?
 Un pouvoir diurne aux lucioles
Tout dire de sa vie d'avant et des autres
Des éléments, des masses
Des ombres et des concentrations
Des rampes de lancement scellées dans l'insomnie
L'épuisement, à peine la langue ouverte
Déjà incendie sans discernement la fiction d'une oreille
Les jours furent trop longs et nombreux, trop, aussi
Tout a été dit du dire
De la bravoure de s'épancher
Le labeur de s'entretenir a été laissé sous les éboulements
On a touché les voûtes lasses des savoirs imprescriptibles
On dort maintenant
Sans avaler sa salive
Ni plus boire
On a cru trop donc l'extrême est infranchissable
Comment dire à quiconque le lent dépeçage de ce qui sévit sous cette liberté ?





Avril 2012